Togo: 22 organisations de défense des droits humains vont saisir l’ONU

0
544

@togoactualite.com – La liberté d’expression est plus que jamais en danger au Togo. Selon les informations, 22 organisations de défense des droits humains réunies dans la Coalition Togolaise des Défenseurs des Droits Humains (CTDDH) sont en train de faire les démarches pour saisir le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’expression.

Selon les responsables de cette coalition les derniers événements, notamment l’interpellation à tout-va des journalistes par le Service central de Recherches et d’investigation criminelles en est pour beaucoup dans cette démarche.

En effet, cet acharnement contre certains journaux et des journalistes a commencé depuis l’année dernière avec la suspension des journaux « Liberté » et « L’alternative » à la demande de l’ambassadeur de France au Togo d’alors, M. Marc Vizy. Cela s’est poursuivi à la fin de l’année 2020 avec l’arrestation de Carlos Ketohou, DP du journal « L’Indépendant Express » par le SCRIC suite à un article intitulé « Scoop de fin d’année : deux femmes ministres interpellées pour vol de cuillères dorées » qu’il a publié suivi du retrait du récépissé du journal par la HAAC.

Il n’y a pas longtemps, c’est autour de 3 jeunes journalistes d’être interpellés par les forces de l’ordre pour avoir interviewé un chef traditionnel dans l’enceinte de la préfecture du Golfe. Le dernier fait en date, concerne le journal « L’Alternative » qui a été suspendu pour 4 mois par la HAAC pour avoir écrit sur un ministre.

Au regard de tout cela, les responsables de la CTDDH trouvent nécessaire de saisir le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’expression pour que ces acharnements cessent au Togo.

« Nous sommes en train de saisir le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’expression. Le dossier, nous l’avons déjà constitué à 90%. Nous allons le soumettre dans les jours à venir pour que le rapporteur spécial des Nations Unies puisse faire des communications en direction du Togo sur la liberté d’expression qui est vraiment mise en mal », a laissé entendre M. Bonaventure N’Coué Mawuvi, président de la CTDDH.

@togoactualite.com

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here